4ee93d8e7863875e1bf0ae5276dfa527.jpgLa Commune

Ce mot qui donne de l'urticaire à plusieurs personnes de la droite et son extrême!

Certains y voient "Communisme", d'autre ont en tête des hippies partouzant jours et nuits sous l'effet de drogues hallucinogènes.
Cet article ne s'adresse pas aux gens bornés qui se limitent à l'apparence. Oui la Commune a été largement utilisée par les hippies, mais faut-il en condamner le concept uniquement parce qu'un groupe qui n,'a pas les mêmes valeurs que nous l'a exploitée ?
Faut-il bannir un certain type de bottes parce que des punks les ont portées?
Comme dans toute chose un concept est quelque chose à utiliser, pour le bien ou pour le mal.
Dans un cadre survivaliste ou autonomiste, la Commune peut être un puissant instrument de prospérité et d'autosuffisance pour ceux qui l'utilisent.
Parce que Commune est synonyme de communauté.

796065bf54c77940d3e8f21989b74282.jpgLes origines de la communauté

Nous ne voulons pas établir l'histoire de l'humanité ni de la vie en communauté, mais un petit résumé (très simplifié) peut être utile.
Depuis la nuit des temps, l'humain s'est regroupé et a vécu en communauté: famille, clan, village, ville, région, état.
Avec la vie en communauté, la hiérarchie s'est développée: Il fallait une personne pour prendre des décisions, d'autres pour les mettre en pratique. C'est l'origine des monarchies, des dictatures et à la limite, de la propriété privée. Parce qu'une communauté a besoin d'espace, ces espaces furent protégés. Le leader ayant un plus grand pouvoir, décidait de l'aménagement du territoire et éventuellement l'attribution de l'espace à lui ou à d'autres...
Avec le temps, la démocratie ou du moins une forme plus ou moins associée à la démocratie s'est implantée, permettant aux membres de la communauté de pouvoir se prononcer à un degré plus ou moins élevé.

AInsi, depuis toujours, l'homme et la femme ont ressenti le besoin de mettre en commun certaines ressources ou une certaine force. C'est la définition sous-entendue d'une famille, d'un village, d'une ville, d'une nation.
Avec la mise en commun des ressources est aussi apparue la mise en commun des valeurs. C'est comme cela que des groupes culturels, ethniques, linguistiques se sont développés. 

Les intérêts communs

L'idée de la communauté est donc de se regrouper pour défendre des intérêts communs. On peut citer comme exemple les syndicats, les groupes de pression et à une échelle plus grande: les armées, les traités internationaux.
Même les Bourses, symbole ultime du capitalisme et de l'individualisme, sont des mises en commun: on achète des actions, peu importe qui possèdent les actions de la même compagnie, car en fait, ils ont un intérêt commun de voir cette compagnie prospérer pour en tirer des bénéfices!

La doctrine

bbbdd7465f7ea4b733056a46c46a91e8.png

Alors que la doctrine de la droite et son extrême condamnent hystériquement le communisme sous toutes ses formes, ils sont le premiers à utiliser une forme de mise en commun, ne serait-ce que leurs valeurs, Mais ils mettent aussi en commun leurs forces pour anihiler leurs ennemis: les communistes. 

Mais trève de procès, cet article n'est pas un manifeste pro ou anti quelque chose! Nous voulons simplement illustrer le fait qu'une doctrine peut cacher des évidences et peut aussi aveugler.

Qu'est-ce donc qu'une Commune?

La Commune, dans un cadre survivaliste, n'est rien d'autre qu'un levier de prospérité et de sécurité. Dans les faits, c'est une mise en commun des ressources de chacun des membres pour le bien collectif de la Commune. Nous verrons un peu plus loin les avantages d'une Commune mais avant cela, nous devons refaire le focus sur le mode de vie du survivaliste/autonomiste.

Qu'est-ce que veut le survivaliste/autonomiste?

Laissons de côté les différents concepts philosophiques et politiques, les craintes de catastrophes et concentrons-nous sur les buts du survivaliste/autonomiste.

Peut importe ce que l'individu apréhende, peu importe son environnement ou sa manière de vivre, le survivaliste ou l'autonomiste arrive pratiquement toujours à la même conclusion, qui contitue son idéal de vie.

L'idéal du survivaliste/autonomiste

Il existe un consensus général concernant le mode de vie idéal de tout survivaliste/autonomiste: Une fermette dans un 871f8bd979cec76b7e7767a92acac130.jpgendroit isolé. La fermette lui procurera la nourriture (culture et élevage), l'énergie nécessaire (chauffage), la sécurité (son éloignement relatif des grands centres), la liberté (la campagne est moins surveillée que la ville).
Évidemment, il existe des tas de variantes et cet article n'a pas pour but de toutes les expliquer, car ces variantes sont aussi nombreuses qu'il y a de survivalistes. Entretemps, l'accumulation de réserves alimentaires, la "course à l'armement" de certains, les sacs d'évacuation et autres pratiques courantes sont en fait une manifestation d'un besoin plus profond: l'incapacité actuelle de vivre dans un milieu de vie plus adéquat pour toute personne aspirant à l'autonomie et la sécurité. Autrement dit, c'est un pis-aller en attendant de pouvoir avoir un milieu de vie plus adéquat.
Mais ce pis-aller nuit aux aspirations des survivalistes et des autonomistes car ils retardent leurs projets: Ça demande du temps et de l'argent, accumuler des vivres, des armes, des munitions, des sacs d'évacuation, des véhicules d'évacuation et tout le reste. 


Le problème récurrent du survivaliste/autonomiste

451cc8a5e2e4b416abe95949b6c27569.jpgLa capacité de réaliser son idéal, c'est le gros problème! Ça demande des investissements et des changements majeurs que peu peuvent se permettre. Car souvent, il faut abandonner son travail, sa région, son cercle social .
Mais le pire reste les ressources financières.. En abandonnant un boulot, il y a perte de revenus et pire encore, les banques ne prêtent pas aux chômeurs. 
On peut critiquer les banques ou le système dans lequel on vit mais ça reste une perte de temps tant qu'on n'a pas atteint son idéal.
Ainsi, il y a pertubation majeure dans les finances personnelles et sociales de tout survivaliste qui veut réaliser son idéal.

Faut-il attendre d'avoir le temps et les liquidités pour y arriver? Généralement, c'est à la retraite qu'on peut se permettre cela et ce ne sontt même pas tous les retraités qui en auront les moyens!

La solution: La Commune!

La mise en commun des ressources de chaque membre permet un pouvoir d'achat plus grand. Les banques prêtent plus facilement et proportionnellement de plus gros montants à des groupes qu'à des individus. 
On peut  même présenter un plan d'affaire pour une exploitation agricole et espérer obtenir des subventions (possiblement) mais aussi des déductions fiscales (est considéré comme exploitation agricole toute activité générant des revenus de 5 000$ et plus).
Après tout, on peut produire en commun des aliments en surplus qu'on peut revendre!
Ainsi, une fois qu'on a le levier financier réglé, les possibilités se multplient. 
Il faut être clair sur un point: la Commune n'a sa raison d 'être que pour la possession d'une terre ou d'une habitation commune. Personne n'a d'intérêt à se lier à d'autres (limiter sa liberté) si ça ne comporte pas un avantage certain.

Les avantages matériels d'une Commune

Légalement parlant, la commune n'a pas d'existence reconnue. Ça reste donc un contrat d'association (co-propriété) pour l'achat de terre dans lequel vous aurez intérêt à définir la manière que ça fonctionnera et le mettre par écrit. pour éviter les conflits.

Une fois cette formalité réglée, on peut commencer à réaliser les énormes avantages que constituent la Commune de plusieurs manières.

Les économies d'échelle

  • C'est un fait qu'une grande terre a un prix de vente au pied carré moins élevé qu'un petit lopin.
  • Cultiver une terre plus grande ne demande pas beaucoup plus de temps lorsqu'on est bien équipé.
  • L'achat en plus grande quantité de matériel diminue sensiblement les coûts -  dans le cas présent, ça peut être des aliments que la Commune ne produit pas.... on peut décider d'acheter en vrac ce que toutes les familles ont besoin par exemple.
  • Les taxes municipales sont moins élevées pour plusieurs bâtiments sur le même terrain - mais il faut s'assurer qu'on peut contruire le nombre de maisons requises sur le même terrain.
  • on n'a besoin de moins d'infrastructure: bâtir une grange est moins cher que d'en bâtir plusieurs. Ainsi les familles de la Commune pourraient n'avoir qu'une seule grange, quitte à la séparer à l'intérieur.
  • Certains outils peuvent être mis en commun: garage pour la réparation des véhicules, "pitt", et si la Commune est plus importante, pourquoi pas un "lift" de voiture?
  • L'énergie peut dans une certaine mesure être mise en commun: chauffage, électricité, combustible etc.
  • Le tracteur, essentiel pour toute ferme, peut aussi être mis en commun
  • les unités de réfrigération, de chauffage peuvent être partagés (il y a moyen d'avoir un compresseur unique pour réfrigérer plusieurs espaces).
  • Parfois, ça peut aussi être rentable de développer des énergies alternatives, comme le chauffage géothermique dérivé.

Le commerce

On ne parle pas de commercer purement même si ce n'est pas exclu. Nous faisons référence surtout à la capacité d'obtenir ce que la commune ne peut pas produire en échange de biens, de services ou d'argent. Il est clair qu'une Commune, par sa structure, peut produire plus d'aliments ou de bétail en surplus qu'une seule famille dans une ferme. Ainsi, la Commune peut développer un système d'acquisition de biens ou de denrées sans travailler plus fort. juste en troquant ou vendant leurs surplus, qui seront plus grands que si ils étaient seuls.

La vie sociale

da5b192ce5e6f7d8fb57ba6c7c525b15.jpg

Évidemment, tout quitter pour aller vivre à la campagne, ça représente de gros sacrifices autant pour la vie sociale (sorties, restos) que pour l'organisation de la vie courante (absence de centres commerciaux à proximité). C'est l'occasion de se libérer du consumérisme !
Par contre, ça peut diminuer de beaucoup le "nombres de têtes différentes" qu'on peut voir dans une journée. Pour certains, c'est important, pour d'autres non. Chacun a ses préférences.
Toutefois, il y a nos camarades de Commune. Certains voudront développer des liens très étroits mais ce n'est pas nécessaire. Sentons-nous le besoin d'avoir des liens étroits avec notre voisin de palier en ville? Pas obligatoirement.
En ville, nous n'avons pas trop le choix quant à nos voisins, En Commune on a fait un certain choix de base mais il n'est 6c5f10296faf3b6d2de42d0404cd3f26.jpgpas obligatoire de former un "clan". Car le clan a aussi ses inconvénients.
En ville on accepte implicitement de mettre en commun nos ressources (par le biais des taxes) avec des inconnus. Dans la Commune, c'est presque pareil. Sauf qu'il faut prendre soin de s'affilier avec des gens qui travailleront autant que vous à développer la Commune. Sinon, vous pouvez aussi simplement partager la terre de manière équitable et que chacun fasse ce qui lui plait.

Évidemment, il est préférable d'avoir de très bonnes relations avec son "communard". Mais ce n'est pas assez.
Les membres de la Commune doivent aussi avoir des intérêts communs et un mode de vie qui se ressemble suffisamment.: 
Accepter des célibataires dans une commune où il y a des couples comporte un certain risque, surtout après catastrophes car les contacts entre les gens seront restreints à nos voisins direct. Un ou une célibataire pourrait être tenté(e) lui/elle aussi de se mettre en couple mais si il n'y a pas d'autres célibataires, vous devinez certainement les problèmes potentiels.

Former une commune avec des gens ayant de solides convictions religieuses et des athées peut aussi être problématique. Par exemple, élever du porc alors qu'une des familles n'a pas le droit de s'approcher du porc, c'est un problème majeur.
Une Commune qui réussit est une Commune dont les membres partagent un minimum de valeurs communes., Cela va sans dire. Qu'on réfère au paragraphe relatant l'histoire (très simplifiée) des origines de la communauté.

La vie privée

Il n'y a aucune raison que la vie privée soit affectée, au contraire. Le survivaliste/autonomiste est en général très individualiste (peut-être trop) et protégera mordicus sa vie privée et tous les autres membres de la Commune feront probablement pareil.

Toutefois, il est possible de mettre en commun certains ressources affectant la vie privée comme la cuisine par exemple, ou le réfrigérateur. Quitte à faire des salles à manger séparée ou un bâtiment dédié. Il n'y a pas de limites à la mise en commun! Aux USA, il y a une commune qui a mis en commun la cuisine, la salle de lavage, la salle à manger et les gens y accèdent par des tunnels reliant leurs maisons et ce bâtiment, mais c'est extrême!

La sécurité

b443912bf8e387f37ef34f60f97b70aa.pngPour plusieurs, la sécurité est une proccupation majeure. Le seul fait d'être à la campagne et de courir moins de risque d'avoir à évacuer constitue déjà une mesure de sécurité élevée.
Le fait d'avoir des gens de la Commune qui ont tous intérêt à préserver leur patrimoine  commun est aussi une garantie de sécurité élevée. 
De plus, la Commune pourrait décider d'avoir des caméras et autres trucs, à des coûts moins élevés grâce aux économies d'échelle.

En conclusion

La Commune peut être l'outil le plus efficace pour vous installer dans une fermette autonome, la protéger et prospérer.
Plus besoin d'avoir un chalet pour se réfugier, la Commune, de part son éloignement et les gens qui la protègent, constitue un refuge sécuritaire. Évidemment une tornade peut tout balayer mais c'est à la Commune de prévoir le type de risque qu'elle veut couvrir.
Et même si il n'y a pas de catastrophe qui vient pertuber la vie de tous, la Commune permet tout de même d'avoir un meilleur niveau de vie et généralement, avec une alimentation plus saine.