2c609e1fe1e54efe5ee4716d33568dac.jpgRepousser des attaques de la "BAD"

Parmi les scénarios anticipés, plusieurs prévoient que leur "BAD" (fermette! c'est une fermette!) sera attaquée.
Lors de l'élaboration de la mise en situation, dans la plupart des cas la réponse armée à cette présumée attaque se concluera invariablement à la victoire des "badistes" (habitants de la fermette) grâces à leurs fortifications, leurs armements supérieurs et surtout leurs astuces largement plus intelligentes que celle des agresseurs.
On voit même des "analyses élaborées" de ce que les agresseurs feront comme actions.
Ça reste de la foutaise et du fantasme et nous verrons pourquoi...

646db5cc93efb152e3401fe806166bca.jpgComment s'élabore un scénario défensif (et comment en élaborer un vrai)

La plupart des survivalistes qui élaborent un scénario défensif utilisent leurs propres connaissances et leurs propres équipement comme référence.
Par exemple, celui qui ne possède qu'une carabine de calibre .22 se fera des murs moins épais que celui qui a acheté un arme de "sniper" de calibre .338. La "zone de combat" présumée sera aussi moins étendue avec une .22 qu'avec une arme de "sniper".
C'est la première erreur.
La seconde erreur est la suivante: ils vont fortifier à mort leurs fermette si ils en ont les moyens. Une place assiégée reste une place assiégée. Et une maison, ça flambe très bien. Dans l'histoire de l'humanité, très peu de places fortes ont su résister et avec la technologie qui progresse de manière fulgurante, les places fortes sont de moins en moins "fortes".

70b335f7b4945e6884d1063aa865c8c9.gifQu'on se rappelle la ligne Maginot ou la bataille de Vimy. Occuper une position défensive n'est viable que pour un court laps de temps à la condition que les vivres et l'équipement soient en quantité suffisante ET que des renforts puissent arriver avant que tout soit épuisé.
Mais il y a plus encore: plus la "place forte" est petite moins elle est forte. La raison est simple: moins de gens pour la défendre, les points faibles sont plus rapprochés et les lieux de concentration des gens pour défendre sont tellement rapprochés qu'ils sont inexistants. Ainsi, qu'un agresseur incendie la fermette et c'est toute la place qui y passe.

La troisième erreur est liée à la "Pensée magique".... dans la très grande majorité des scénarios, les "badistes" vont planifier une attaque d'un point de vue défensif. Autrement dit ils vont élaborer un scénario favorable à la défense:

Attaque en plein jour, de front, sans protection d'obstacles naturels, avec des armes de calibre relativement faible, visible à longue distance pour que l'arme de longue portée soit efficace.
Ils vont aussi prévoir que l'agresseur ne brulera pas la maison puisqu'ils ont décidé que l'agresseur voudra la maison, la nourriture et les installation en général.

Et ils ont raison! Mais uniquement si ils ont affaire à des débiles profonds, dans un cas sur 10 000 !

a98688939c844884eb54233b3b0b41c8.jpgMais que ferait l'agresseur?

Il ferait tout autrement, c'est certain!

Il empoisonnerait préalablement les chiens si le badiste en possède.

Ensuite, il attaquerait la nuit. 

Il couperait l'alimentation électrique si la fermette est raccordée au réseau électrique. 

Il pourrait aussi incendier la fermette si ce qui l'intéresse sont les animaux ou  le matériel. Ou incendier la facade et attendre tranquillement que les badistes sortent par l'arrière.

Ou alors il irait s'introduire dans la maison durant le sommeil des occupants tout simplement.

Les possibilités sont multiples en fait et comme l'initiative appartient à l'agresseur, il a l'avantage et la défenseur n'a aucune possibilité d'influer sur les stratégies de l'agresseur. Le mot d'ordre est : SURPRISE.

6d452b21544fa1041e641106f914d664.jpgLes contre-mesures.... à posteriori!

J'avoue avoir beaucoup discuté avec ceux qui préparent la défense de leurs fermette (qu'ils ne possèdent pas dans la majorité des cas!).
Ceux à qui j'ai demandé comment ils feraient pour protéger leur fermette contre les attaques nocturnes, ils ont répondu qu'ils feraient des tours de garde (le jour dans les champs et la nuit en faction!). 

Ceux à qui j'ai demandé comment ils allaient prévenir des attaques ont répondu qu'ils allaient installer des pièges à ours un peu partout. Attention les enfants! Ne sortez pas de la maison, c'est truffé de pièges!

Ceux à qui j'ai demandé comment ils allaient protéger la maison contre des incendies provoqué par des agresseurs, la plupart ont décidé que les agresseurs avaient trop besoin de la maison et des vivres!
Il ne leur est pas venu à l'esprit que l'agresseur pouvait simplement être une fermette voisine qui se sentait menacée par des gens surarmés vivant à côté d'eux.
Après tout "Si vis pacem, Para bellum" (Si tu veux la paix, prépare la guerre). 

D'autres prévoient la fuite dans le bois pour ensuite "sniper" les agresseurs.

Finalement, certains prévoyaient fortifier la fermette par un mur assez haut et concédaient d'avance la perte des champs. Ce qui, mis à part l'énorme dépense en temps, matériel et énergie, est certainement la moins mauvaise réponse car elle suppose un compromis.

Au fil des discussions sur la défense de la fermette, on se rend rapidement compte que c'est illusoire de penser à tout et de se croire capable de repousser toute agression. Sauf pour ceux qui ont la pensée magique! De tous les gens que j'ai questionné, très peu parlaient au présent... tous "allaient" prendre des mesures additionnelles, ce qui est un signe d'une mauvaise préparation, d'une mauvase anticipation ou d'un manque de sérieux.
Il y a aussi les moyens financiers qui manquent dans la préparation. Si l'argent n'était pas un problème, toutes les nations auraient les systèmes de défenses inattaquables.

b5b78e790e2d62561f387200466fbdae.jpgLes solutions

À vrai dire, il n'y a pas de solutions parfaites. Dans tous les cas, il faut avoir recours aux compromis.
Vivre loin de tout, c'est un compromis, mais il suffit d'un peu de malchance et on se fait attaquer... loin de toute aide.
Vivre en communauté est aussi un compromis puisque l'aide des autres peut être considérée. Après tout une menace pour un est aussi une menace pour le voisin.

Avoir d'excellentes relations avec les voisins. Si le voisin a peur de vous, c'est un avantage pendant le temps que ça dure, car il fera des compromis avantageux mais dès qu'il sentira une pression trop forte ou qu'il voit une occasion de se débarrasser d'une tyrannie, il vous combattra.... et pas le jour et l'heure que vous aurez choisi!

Dans tous les cas, la meilleure préparation est de prendre les moyens pour éviter l'affrontement mais ça n'est pas toujours possible en cas de chaos. Protéger son habitation est primordial mais les moyens pour le faire sont plutôt limités.
Bref, peu importe ce que les gens feront, il faut savoir que l'adversaire aura son propre plan qui vous échappera.

C'est sans espoir? Pas vraiment, il faut savoir faire des compromis, dont le bon voisinage et savoir aussi "lâcher du lest" quand il le faut.