87bbe679b503ad76bdbaf887ccaa10be.jpgLes entrainements paralimitaires

Dans le mouvement survivaliste, l'entrainement paramilitaire est très à la mode. Certains groupes pratiquent ce stype d'entrainement sur une base régulière. Ils apprennent à tirer à la carabine, parfois au pistolet. Ils possèdent généralement des armes de type militaire et/ou ayant un calibre compatible avec le calibre des armes utilisées par les forces armées locales.

Ils apprennent aussi le combat rapproché, à mains nues ou au couteau. Certains groupes plus fortunés possèdent même des armes à longue portée (ce qui est communément appelé des "armes de sniper".

Cette tendance est directement inspirée des mouvement survivalistes américains, eux-mêmes ayant été inspirés par les milices patriotes (les fameux Minuteman) de la Révolution américaine.

Cet article peut être perçu comme un réquisitoire contre les groupes armés. En réalité, c'est plutôt une mise en garde sur les illusions que de tels groupes armés peuvent susciter

Cet article n'est pas un traité technique sur les armes à feu, toutefois certains aspects y sont abordés. 

ffa9a300dedbf314ae8fd6710bc01ff7.jpgLes groupes armés

Généralement, les groupes armés se sont formés autour d'une doctrine principale. Certaines doctrines sont politiques, certaines raciales enfin d'autres sont simplement basées sur un type de catastrophe à venir. Mais dans tous les cas, ils ont un intérêt commun impliquant les armes. On ne parle pas de groupes qui se forment pour mettre en commun leurs expertises pour former une petite communauté, mais bien de groupes pour qui les armes passent en premier.

Tous ces groupes parlent de "frères d'armes", de protection mutuelle, de la nécessité de protéger leurs vies et leurs biens.

Ils ont généralement la conviction (justifiée ou pas, ça les regarde) que les gouvernements, les forces de police et militaires de leurs pays vont devenir répressifs et autoritaires. La tendance actuelle occidentale pourrait leur donner raison sur ce point. Mais de là à se préparer à lutter contre les représentants gouvernementaux, il y a une limite qu'il ne faut pas dépasser. Se préparer à lutter contre quelqu'un c'est déjà un acte manifestement hostile. De plus, ils tentent de se préparer de la même manière que les forces organisées d'un gouvernement en utilisant autant que possible les mêmes équipement et armes... Ont-ils raison?

2c609e1fe1e54efe5ee4716d33568dac.jpgLes mythes

Ce type d'organisation repose souvent sur des conceptions erronées et une méconnaissance de la réalité militaire en opération. La très grande majorité des membres de ces groupes n'ont pas connu le feu et n'ont qu'une très vague idée de ce que c'est réellement. Pour avoir discuté avec quelques uns, leurs connaissances de la chose militaire est limitée à des jeux de airsoft, de paintball ou des vidéos sur des séquences de combat. Or la réalité d'un combat réel est totalement différente. Pour avoir parlé avec un vrai vétéran d'un conflit récent, "l'ennemi" est rarement visible et la peur domine tout le monde. Certains arrivent à canaliser la peur mais d'autres craquent. Tous les vétérans de conflits pourront le confirmer: même l'entrainement le plus poussé n'est rien comparé à l'expérience du feu! 

54c2d51ac131ca0c353c5109473d77d9.jpgLe choix des armes

La plupart choisissent des armes utilisant un calibre militaire ou quasi militaire (calibre 5.56 militaire et son "cousin civil" le.223) et même une apparence militaire. Sauf que... Acheter des armes de type militaire est assez cher et elles sont toutes soumises à une restriction au Canada. Ainsi, un AR-15 est enregistré et sévèrement contrôlé et il ne fait aucun doute que si un gouvernement décide d'être répressif, les premiers à se faire saisir leurs armes seront ceux qui possèdent de telles armes parce que les gouvernements ont l'adresse et le nom de chaque propriétaire d'arme de ce type.

Quant à l'aspect financier, acheter une arme de type militaire moderne représente une dépense de plus de 1 000$, plus les optiques qui peuvent facilement coûter 500$, plus les chargeurs additionnels à 50$ chacun, plus les munitions à 1$ l'unité et plus. On peut compter facilement 2 500$ pour avoir une arme quasi militaire au calibre 5,56/.223 avec 200 ou 300 cartouches, ce qui est relativement peu.

6c980ea8f2a1abfe515cd66c0756100e.jpgRécupérer les munitions

Leur raisonnement est qu'ils pourront récupérer les munitions compatibles sur les cadavres de leurs "ennemis". Pareil pour les calibres d'armes de poing, ils choisiront le calibre 9mm. 

Toutefois, il ne leur est pas venu à l'esprit que si les munitions sont sur les cadavres, leurs armes aussi devraient y être? Dans ce cas, il est inutile de posséder le même type d'arme, non?

Si on se fie aux dernières guerres, trouver une arme n'est pas un problème. Mais trouver les munitions, oui!

C'est d'ailleurs pour cela que les groupes les mieux organisés ont leurs propres réserves de munitions et souvent, ce sont des réserves importantes!

45b0258d711ae75114a91c61ea761830.jpgLa puissance de feu

La majorité pense que les calibres des fusils militaires modernes ont une puissance de feu terrifiante.

La réalité est tout autre. Certes, un fusil d'assaut automatique (qui tire par rafale) a un effet dévastateur mais convertir une arme civile semi-automatique pour tirer des rafales est relativement facile (et ne comptez pas sur ce site pour vous dire comment).

Toutefois, les calibres militaires modernes sont généralement plutôt destinés à blesser qu'à tuer. Oui, une balle qui se loge dans le zone vitale d'un individu est mortelle. Les mots le disent: C'est une zone vitale!

Sauf que la capacité de pénétration d'un calibre 5.56 par exemple, est très inférieure au calibre civil .308, 30-06 et plusieurs autres. Oui, le calibre 5.56 (civil .223) fait de sales blessures, mais pénètre très peu dans le béton, le bois et autres obstacles. Voyez par vous-même dans cette vidéo où différents calibres sont testés sur un bloc de béton. 

 

Dans toutes les armées du monde, il y a présentement une remise en question à propos des calibres d'armes légères. La tendance mondiale est que les combats se font de plus en plus en zone urbaine et le calibre actuel le plus largement utilisé (5,56) n'est pas assez puissant pour traverser des obstacles. La rumeur veut que les gouvernement américain aurait massivement acheté des munitions de surplus soviétique au calibre 7.62x39 et 7.62x54R comme mesure temporaire pour se procurer des munitions plus puissantes mais ça reste une rumeur.

f6fe936e4fef3c9171598d8b8473d8e1.jpgSe battre à armes égales

Plusieurs pensent que d'avoir des armes portatives similaires aux militaires permettra d'équilibrer le rapport de force. Dans les faits, les militaires et policiers ont des protections individuelles que les groupes n'ont peu ou pas. Alors qu'il est relativement facile de se procurer des vestes ballistiques, le casque de kevlar de type PAGST à l'épreuve des armes de poing est hors de prix, lorsqu'il est disponible
Les anciens casques militaires en acier ne protègent que contre les éclats et les ricochets.

 Les militaires et policiers disposent aussi de véhicules blindés, de boucliers de protection et de systèmes de repérage à infrarouge en plus de leurs armes portatives. Il est à noter que le calibre 5.56 est absolument incapable de percer un blindage. Et certaines voitures de police ont des portières blindées maintenant.  
Le membre du groupe armé ne disposera jamais de l'équivalent équivalent. Au mieux, il aura un bunker. Mais le bunker est une position statique et tôt ou tard, une position statique finit par céder.
Précision: Le fait de parler de blindage et véhicules de police ou militaires ne signifie pas que le site pasdemouettes.info conseille sur la manière d'attaquer un véhicule gouvernemental. Au contraire, nous préconisions le respect des lois et sommes contre toute forme de violence.

dd185b306dd72c1d886ee31497182682.jpgLe combat en groupe

Les groupes survivalistes armés préconisent le combat en groupe, car l'union fait la force. Mais contrairement aux forces policières et aux forces armées, ils ne disposent que de très peu de support logistique: pas de ligne de ravitaillement, pas d'hôpitaux, pas de capacité de transport terrestre d'importance, encore moins de transport aérien. Une blessure dans ce cas signifie la capture ou la mort. Ce n'est que dans les films qu'un combattant ne reçoit qu'une égratignure sur un bras ou que la balle n'a fait que passer au travers de l'épaule et est ressortie qu'en ne faisant qu'un dégât minime. Une blessure par balle est TRÈS TRÈS douloureuse. C'est plus douloureux qu'un clou qu'on s'enfonce dans la main. Et les risques d'hémorragie sont très présents même si la balle n'a fait que passer "au travers de l'épaule ou de la cuisse".

Mais pire encore: il ne suffit pas de se promener en groupe armé, de simuler une attaque ou de jouer au Airsoft pour devenir un combattant entrainé et efficace. Les militaires ont eut des décennies pour peaufiner leurs techniques d'intervention en groupe, pas les groupes survivalistes armés.

Une force armée peut compter sur plusieurs unités pour soit obtenir des renforts, soit attaquer par le flanc, l'arrière ou par les airs. Un banal hélicoptère muni d'une mitrailleuse lourde latérale peut facilement faucher un petit groupe armé. 

783fade8f22b9d831c18e94bd4c923c8.jpgL'avantage du terrain

Les groupes survivalistes croient à tort que le terrain les favorisera en cas de conflit avec des forces armées. C'était vrai il y a 30 ans, c'est encore vrai pour les techniques de battues mais en face d'une force armée organisée, "prendre le maquis" n'est pas une mesure efficace, surtout avec le climat québécois. L'hiver peut trahir très facilement un groupe réfugié dans la forêt: les feux de chauffage, les traces de pas, les installations et les bâtiments, aussi discrets soient-ils, seront rapidement repérés.

3b93bf935a856971da97de66375ff9b5.jpgLe pouvoir d'intimidation d'un groupe armé

Plusieurs pensent qu'un groupe armé intimidera les autres. C'est vrai pour les civils désarmés mais pas pour les gouvernements. Plus le groupe semble une "menace" pour le pouvoir en place, plus le pouvoir dégagera des ressources importantes pour éliminer le groupe. On le voit en Ukraine ou plu simplement au Québec durant la Crise d'Octobre en 1970 où la loi martiale fut déclarée et des centaines de personnes furent emprisonnées sans motifs de manière arbitraire à cause d'une poignée d'activistes.

Être armé et regroupé, c'est toujours considéré comme une menace pour un gouvernement et ce dernier réprimera sans pitié tout groupe car si il y a une chose que les gouvernement protègent sans limite, c'est le pouvoir.

401f6c398bf829909931a085727b32b9.pngLa tentation

Il y a un groupe, il est armé. La préparation du groupe est essentiellement axée sur les armes. Ils ont quelque réserves certes, mais elles ne dureront pas. 
Si le groupe a survécu aux forces gouvernementales qui auraient tentées de maintenir la cohésion avant le chaos total, il est plus que probable qu'un groupe armé décide d'établir son "règne" sur un territoire défini, composé de gens qui ne sont pas en mesure de résister. Ce qui serait pire pour une population que d'avoir un gouvernement central relativement éloigné, reposant sur une structure légale, parce que un groupe qui tyrannise une population vit avec cette population. Les abus de pouvoir sont inévitables. Après tout, c'est comme ça que la noblesse s'est établie un peu partout. Des guerriers dont le chef devient monarque. C'est en quelque sorte un régime de mouette qui s'installera. 
Par contre, on voit plusieurs milices armées américaines qui protègent les démunis ou les gens qui sont menacés par les autorités comme on le voit sur cette vidéo mais ils ne sont pas en situation de chaos et les lois américaines sont différentes:

dda38ca4e20ef6db4ec3d2998923d170.jpgLes groupes armés: un risque?

De fait, les groupes survivalistes armés sont tout d'abord une menace pour les gouvernements (même si la menace est insignifiante) mais aussi pour les populations civiles pendant ou après un chaos car ils courent le risque d'être contrôlés par des mouettes.

Ces groupes sont-ils réellement dangereux? Franchement, on ne le sait pas vraiment.

Pour avoir côtoyé différents milieux survivalistes, certains groupes sont réellement dangereux du moins dans leurs paroles, mais on sait que la parole est plus facile que de passer aux actes.
Par contre, une personne qui tient un discours dangereux est effectivement susceptible de l'être. Mais ça peut être simplement une faible tentative de se valoriser, l'égo est toujours très très présent quand il y a des armes.

Il ne faut pourtant pas être alarmiste malgré tout. Toutefois, être avisé vaut mieux que de porter des lunettes roses.